La diarrhée des veaux : comment s’en occuper ?  

Tous les ans, plus d’un million de veaux naissent et grandissent en France. Pour avoir de la bonne viande et du bon lait, s’occuper d’eux est primordial. Les éleveurs doivent notamment faire face à la diarrhée des veaux. Il s’agit d’une maladie fréquente chez les veaux et les soigner doit être une priorité. La question se pose : comment guérir les veaux atteints de cette maladie ?

 Le traitement de la diarrhée

Pour traiter la diarrhée, procéder à des procédures simples est conseillé. C’est-à-dire réchauffer le veau, lui donner de l’énergie et le réhydrater par voie orale. Cependant, la solution la plus rapide est de consulter un vétérinaire et de faire vacciner les veaux avant le vêlage. Ce afin de leur fournir une protection vis-à-vis de la maladie via le colostrum.

En cas de diarrhée, l’étape de la réhydratation est une priorité. Elle joue un rôle de correction des troubles de la diarrhée. Pour ce faire, il faut diminuer le lait et le remplacer par la buvée d’un réhydratant pour veaux par voie orale. Le premier geste est d’en apporter en 2 à 3 buvées de 1,5 l par jour.

Afin de faciliter cette étape, la buvée d’un demi-litre de réhydratant avant la tétée est conseillée. Si le veau a des difficultés à se déplacer ou présente une déshydratation importante, faire appel à un vétérinaire est le plus adéquat. Celui-ci lui prescrira sans doute un traitement antibiotique et lui fera une perfusion.

Les causes et signes de la diarrhée

La diarrhée des veaux survient entre les premières heures de vie et les six premières semaines. Parfois, les vaches produisent un colostrum de basse qualité et en faible quantité, et cela prédispose davantage les veaux à la maladie. En général, la diarrhée provient d’une erreur d’alimentation. Elle peut également être le fruit d’un virus (le rotavirus ou le coronavirus), de parasites (les coccidies), ou de bactéries (l’Escherichia).

D’autres agents infectieux spécifiques tels que les salmonelles ou le virus de la diarrhée virale bovine peuvent aussi être la source de la maladie. D’autre part, la diarrhée peut émaner d’une faute d’inattention comme un logement imparfait, d’une mauvaise hygiène, ou de la distribution colostrale.

La maladie se présente comme suit :

  • la déshydratation,

  • la perte de poids,

  • l’affaiblissement,

  • l’altération de la croissance.

La mesure de prévention

Pour éviter la diarrhée chez les veaux, la maîtrise des critères suivants est importante.

  • Assurer l’hygiène générale des parcs à veaux et de la stabulation

Il s’agit d’éviter les traces de condensation et l’odeur d’ammoniaque à ces endroits. Par ailleurs, il est également conseillé de procéder à un vide sanitaire et à une désinfection de la stabulation. Veiller à ce que la litière soit sèche doit également être une habitude.

  • Contrôler la prise colostrale

Au cours des premières heures de vie, il faut procéder au transfert de l’immunité passive par le colostrum. C’est par le colostrum que le veau absorbe des anticorps qui les protégeront contre les agents infectieux, sources de la diarrhée.

  • Isoler les veaux malades

Dès les premiers signes de diarrhée chez des veaux, les isoler est le premier réflexe à avoir. C’est pour limiter la vitesse de transmission des agents infectieux d’un veau à un autre.

  • Respecter la surface par veau conforme aux recommandations habituelles

Il est important de veiller à bien loger le veau en respectant les normes.

  • Procéder à un contrôle alimentaire

Pour la santé des veaux, bien alimenter leurs mères est déterminant. L’équilibre entre l’apport de matière azotée et d’énergie doit être optimal. Il faut veiller à leur donner des compléments en oligoéléments et en vitamines.

La diarrhée fait partie des pathologies néonatales des veaux et a souvent un effet néfaste sur eux. Néanmoins, il est facile de l’éviter ou de la soigner si l’on la découvre à temps.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*